Voyages et découvertes du XVI° au XVIII° siècle

image_pdfimage_print

Tout déplacement dans l’espace est aussi, simultanément, un voyage dans le temps.

Claude Levi-Strauss, Tristes Tropiques

Tout voyage a un terme au moins attendu, désiré, atteint, parfois inaccessible.

Introduction

Une présentation complète  pour entrer dans le Sujet d'étude 2 : Voyages et Découvertes XVIe XVIIIe siècles, Les Découvreurs Colomb, Vespucci.

Les découvertes répondent à des motifs économiques et géopolitiques, mais ,surtout au XVIII° siècle
à une nouvelle soif de connaissances des Européens, notamment pour les terres, les hommes, la faune et la flore des nouveaux mondes.
De plus ces voyages maritimes des Européens ont bouleversé leurs connaissances et leur rapport au monde, ils constituent un tournant de l’histoire du monde, une première mondialisation qui nourrit la richesse et la puissance de l’Europe.

Mappemonde de Pierre Desceliers, cartographe français (1500-1558), 1550

 

1 – Christophe Colomb (1450-1506)

Christophe Colomb

Carte dite de Christophe Colomb

 

 

La terre plate

 

Le 3° voyage de Christophe Colomb

 

Les voyages de Christophe Colomb

 

2 – James Cook (1728 – 1779)

James Cook

James Cook est un navigateur, explorateur et cartographe britannique, né le 7 novembre 1728 (27 octobre 1728 selon le calendrier grégorien) à Marton (Middlesbrough) et mort le 14 février 1779 à Hawaï.

Accédant au grade de capitaine de la Royal Navy, il fait trois voyages dans l’océan Pacifique à l’occasion desquels il est le premier Européen à débarquer sur la côte Est de l’Australie, en Nouvelle-Calédonie, aux îles Sandwich du Sud et à Hawaï. Il est également le premier navigateur à faire le tour de l’Antarctique et à cartographier Terre-Neuve et la Nouvelle-Zélande.

Après son service dans la marine marchande britannique, il intègre en 1755 la marine royale britannique au cours de la guerre de Sept Ans. Pendant le siège de Québec, il se consacre à la cartographie de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, ce qui permet au général James Wolfe de mener son attaque décisive sur les plaines d’Abraham. Le jeune James Cook attire ainsi l’attention de l’Amirauté et de la Royal Society à un instant crucial de sa carrière personnelle et de la direction des expéditions britanniques outre-mer. Il est alors nommé commandant du HMB Endeavour pour la première de ses trois expéditions dans le Pacifique, en 1766. Il s’ensuit deux autres expéditions établissant les premières cartes précises de nombreuses îles et côtes.

Son héritage colossal peut être attribué à son grand sens marin, des aptitudes poussées pour la cartographie, son courage pour explorer des zones dangereuses afin de vérifier l’exactitude des faits rapportés par d’autres1, sa capacité à mener les hommes et à se préoccuper de leur condition sanitaire dans les conditions les plus rudes, ainsi qu’à ses ambitions, cherchant constamment à dépasser les instructions reçues de l’Amirauté.

La mort du Capitaine Cook

 

3 – De nouveaux produits…

Les nouveaux territoires ne furent pas seuls à être découverts par les grands explorateurs. Au cours des voyages de Christophe Colomb, de James Cook et de bien d’autres explorateurs des mers, les échanges avec les populations permirent de ramener en occidents de nombreuses denrées jusqu’alors encore inconnues, des tissus magnifiques en orient, du café en Afrique, et du Cacao, des tomates, des Avocats, des piments, du maïs et du Tabac dans les îles bordant les côtes du continent américain sans oublier les pommes de terre et les cacahuètes. Le riz, le thé les bananes, la canne à sucre, le poivre, les épices et différentes sortes de bois tel le bois à teinture appelé aussi bois rouge furent ramenées d’Asie.

Bougainville et le naturaliste qui devait voyager avec lui découvrir plus de 5000 espèces d’épices, de plantes et d’animaux encore inconnus en occident.

 

L’or, les pierres précieuses, ne furent pas exemptes de ces découvertes. Ceci permit aux pays qui avaient affrété des bateaux dans le but de s’emparer de ces nouvelles régions du globe de s’enrichir encore plus. Des entreprises multinationales virent le jour. Certaines d’entre elles furent plus puissantes que les monarchies, telle la Compagnie des Indes qui se chargeait d’exploiter les hommes de ces nouvelles terres, d’installer des comptoirs et de transporter les produits créés et souvent transformés sur place pour les revendre souvent arrivé à bon port dix fois et plus du prix de leurs valeurs réelles, telles  le café et le cacao.

Plantes du Nouveau Monde En haut à gauche : 1. Maïs 2. Tomate 3. Pomme de terre 4. Vanille 5. caoutchouc (issu de l’hévéa) 6. Cacao7. Tabac

D’autres produits ne reçurent pas un accueil enthousiaste immédiat tel que la pomme de terre. Les populations françaises refusèrent longtemps d’exploiter ces plantations et les consommateurs de les manger, pensant que ces denrées étaient maudites et sacrilège. Il fallut toute l’habilité de Parmentier pour utiliser un stratagème ingénieux afin de pousser les paysans à manger et à planter des pommes de terre en culture. Ces plantations seront le remède immédiat aux famines qui sévissent dans les campagnes.

C’est l’occasion aussi de découvrir d’autres cultures, d’autres traditions et de devoir vivre dans un même espace où chaque culture influence l’autre. C’est l’occasion d’exporter la religion et les croyances occidentales telle que le christianisme, parfois d’une façon autoritaire et violente et d’opposer le Dieu chrétien aux autres Dieux de ces derniers, d’éduquer les peuplades en leur inculquant entre autres l’Histoire de l’occident  (nos ancêtres étaient les Gaulois) et en effaçant complètement l’Histoire et  la culture de ces peuples souvent bien plus âgés que l’occident. C’est l’occasion de découvrir des us et des usages encore inconnus tels que les tatouages sur le corps.

Les habitants nommés indigènes par les Occidentaux seront décrits différemment selon qu’ils accepteront ou non les exigences des Occidentaux venus en colons pour s’approprier leurs terres et les faire travailler de force pour enrichir toujours plus les comptoirs installés. C’est ainsi qu’on distinguera ceux-ci en les considérant comme de «  bons esclaves » ou « d’anthropophages  » qu’il faut asservir et exterminer.

4 – Des progrès techniques

Grâce à la mise au point de la boussole et de l’astrolabe, les navigateurs peuvent se repérer dans des eaux inconnues, loin des rivages. Grâce à la mise au point du gouvernail d’étambot, la navigation devient plus sûre et plus efficace.

 

La boussoleVers l’an 1300, les Italiens créent la boussole à partir du principe de l’aiguille aimantée qui indique le pôle magnétique.
Ce principe depuis longtemps connu des chinois est introduit en Europe par les Arabes.

 

L’astolabeAu XV ème siècle, les portugais mettent au point l’astolabe.
En pointant l’aiguille de l’astrolabe vers l’étoile Polaire, on peut lire sa hauteur en degré par rapport à l’horizontale et calculer sa position en latitude (Nord-Sud) selon l’heure et le jour.

 

Le gouvernail d’étambotAu XV ème siècle, on met au point ce gouvernail qui pivote sur des charnières fixées à la poupe du navire.

 

Enfin, la caravelle , voilier à trois mâts, léger et haut va permettre aux navigateurs d’affronter en toute sécurité les grandes vagues de l’océan.

La galèreLa galère est manoeuvrée à la rame, effilée et rapide, très basse sur l’eau.
La nefLa nef avait des plus hauts bords, mais était lente à cause de son unique mât.
La caravelleLa caravelle était légère et rapide grâce à ses trois mâts et cinq voiles. Elle offrait la sécurité de ses hauts bords.Elle était très maniable, rapide et pouvait remonter le vent.

5 – D’autres grands navigateurs

Si Christophe Colomb et James Cook furent d’extraordinaires navigateurs et découvrirent de nouvelles terres et de nouveaux continents, d’autres furent également de grands voyageurs et de grands explorateurs.

 Ainsi, nous citerons :

Fernand de Magellan, né au Portugal. Il découvrit  après trois ans de voyage — en ayant navigué vers l’ouest pour rejoindre les Moluques, un détroit qui porte son nom aujourd’hui.

En partant vers l’ouest, Magellan, payé par l’Espagne fera le premier tour du monde de 1519 à 1522.

Magellan
Le tour du monde de Magellan et les régions découvertes en Amérique

 

Jean-François La Pérouse, né près d’Albi, lequel est choisi par Louis XVI en raison de sa grande expérience et de ses qualités humaines pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes de James Cook. Le 9 avril, La Pérouse fait escale à l’île de Pâques, et, en mai, aux îles Sandwich (Hawaii) où il découvre l’île Maui, négligée par James Cook. La Pérouse se dirige ensuite vers le Pacifique central, débarque le 9 décembre à Maouna (Tutuila, îles Samoa), continue sa route vers les îles des Amis (îles Tonga), puis arrive le 26 janvier 1788 à Botany Bay, en Australie. Il en repart vers le 15 mars en direction du nord-est. Prises dans un cyclone, les frégates se brisent aux alentours de l’archipel des îles Santa Cruz au milieu de juin 1788.

Jacques Cartier, né à St Malo en 1491 il y meurt en 1557. Il effectuera trois voyages sur les terres qui seront  appelées plus tard Canada. Auteur de cartes ayant permis l’apparition du golfe du Saint-Laurent sur les représentations du globe, Cartier, par ses Relations, est le premier Européen à décrire et nommer ces eaux, leurs rives et leurs habitants, et le territoire visité sous le nom iroquois Canada (groupe de cabanes).

Jacques Cartier, payé par la France, cherche la voie des Indes par le nord-ouest et découvre le Canada en 1534.

Jacques Cartier
Son voyage et les régions découvertes par les Français

 

Vasco de Gama fait le tour de l’Afrique jusqu’aux Indes de juillet 1497 à mai 1498.

Vasco de Gama
Son voyage autour de l’Afrique vers les Indes

 

En 1500, le Portugais Cabral, en cherchant une nouvelle voie, avec des vents meilleurs pour se rendre en Afrique, découvre le Brésil.

Cabral
Son voyage autour de l’Afrique jusqu’en Inde et les régions découvertes par les Portugais